Pompe ou seringue, quel mode d'administration?

Si la gastrostomie était un soulagement, mettant fin à des mois d'une pénible bataille pluri- quotidienne pour me sustenter, je découvrais que j'allais devoir être dépendante de mon nouveau mode d'alimentation. A la fin des années 90, il était préconisé d'administrer les packs de nourriture entérale au goutte à goutte au moyen d' une pompe. Ces opérations prenaient 4 fois 2 heures, soit 8H par 24H. Beaucoup trop, à mon goût, pour mener une vie normale! Je voulais être libre de mes mouvements, aller et venir à mon gré et voyager.

Contre la règle qui prévalait à l'époque, mais qui s'est bien assouplie depuis, je décidais d'utiliser exclusivement les seringues de gavage. Je ne vous cache pas que les premières semaines de ce régime connurent une sorte de rébellion de mon tube digestif, pas habitué à recevoir un apport massif de liquide. Lequel liquide me traversait littéralement le corps pour en ressortir quelques instants plus tard. Mais j'étais bien déterminée à mater cette guerre intestine, prix à payer pour ma liberté. Effectivement, le TGV, Transit à Grande Vitesse, commença à ralentir et en 2 mois tout était rentré dans l'ordre. Il m'avait fallu, bien sûr, veiller à ne pas me dénutrir pendant cette période. Depuis, je n'ai jamais lâché ce mode d'aimentation par la seringue et m'en porte fort bien. La prise de nourriture ne me prend que quelques minutes et je l'ai expérimentée dans beaucoup de situations: train, avion, contrées lointaines ou tournois de bridge.

Et vous? Avez-vous eu la possibilité de choisir entre pompe et seringue? Je vous propose de donner votre avis à ce sujet sur le forum

Commentaires (1)

Françoise
  • 1. Françoise | 10/03/2016
Je réponds au message de Capucine sur le thème: pompe ou seringue. Il est évident que s'alimenter par la seringue facilite grandement la vie et permet une autonomie plus large. Mais je répète que ce mode d'administration nécessite une phase d'adaptation, par exemple faire une prise sur 4 par seringue, puis une sur 3 et ainsi de suite jusqu'à ce que vos intestins ne fassent plus de différence et tolèrent aussi bien l'ingestion par seringue que par pompe. N'hésitez pas à en parler avec la diététicienne qui vous suit.

Ajouter un commentaire