Paradis perdu

J'ai été contactée cette semaine par Pauline, aide-soignante dans un centre médico-social pour personnes handicapées. Soucieuse du bien-être de ses patients, elle veut mettre sur pied un projet de stimulation des sens pour les personnes gastrostomisées.

L'objectif de Pauline est de trouver une alternative à l'alimentation orale en faisant appel notamment au goût et à l'odorat. Autant il me semble important de continuer à exercer le goût et l'odorat des personnes porteuses d'une sonde de gastrostomie transitoire, et en particulier les enfants, autant stimuler ces 2 sens me parait incongru pour celles et ceux qui n'auront plus jamais accès à l'alimentation par la bouche. Faire sentir l'arôme d'un café ou celui d'un poulet rôti à quelqu'un qui ne peut plus boire ou manger ne peut que susciter un désir impossible à assouvir. La plupart d'entre nous, gastrostomisés, ne sommes pas anorexiques et l'envie de nourriture est toujours présente. C'est une lutte et un renoncement au quotidien avec des périodes où cette envie se fait plus pressante comme en ce moment, à l'approche des fêtes.

Chaque année, c'est le même scénario: débauche de victuailles sur les marchés, dans les magasins, les magazines et les écrans. Impossible d'y échapper!De toutes façons nos familles attendent notre participation à ces agapes, et c'est bien normal. Comme il sera normal de découper l'oie aux marrons ou la bûche aux 3 chocolats si l'on ne veut pas rester en retrait et gâcher la fête de ceux que l'on aime. Leur plaisir compensera notre frustration.

Ajouter un commentaire