Img 2603

Où l'on est content de vivre en France!

C'est souvent en allant voir ailleurs que l'on apprécie ce que l'on a chez soi. Citoyenne du Guatémala, je n'aurais pas survécu au cancer. Dépistage, trachéotomie, gastrostomie sont des termes quasi inexistants faute d'infrastructures hospitalières à la hauteur.

"Aller dans des services publics pour se faire soigner au Guatémala...faut réfléchir!" . Cette remarque désabusée de notre guide en dit long sur le système de santé de son pays. Seules les villes de plus de 60000 habitants disposent d'hôpitaux nationaux, très mal équipés par manque d'argent. J'ai entendu un soir à la télévision guatémaltèque une infirmière travaillant dans un service de pédiatrie dire  que, pour prévenir la contamination du Coronavirus, l'état leur demandait de se laver fréquemment les mains, entre chaque soin, mais que malheureusement il n'y avait plus d'eau courante dans le service. Elle avait ouvert le robinet de la salle de soins d'où ne coulait aucune goutte d'eau et c'était comme ça depuis des mois dans toute une aîle de l'établissement malgré les réclamations répétées du personnel soignant.

Dans les villages, il y a bien des dispensaires mais ils marchent mal. Quelques institutions humanitaires proposent des services de qualité pour les yeux et le coeur mais à des prix élevés que seule une petite partie de la population peut se permettre. La population rurale, elle, ne se soigne que par les plantes médicinales et les pratiques chamaniques. Pas étonnant que l'espérance de vie de ce pays soit inférieure de 10 ans à la nôtre et que la mortalité infantile y soit très élevée! En outre, la sécurité sociale n'est pas obligatoire au Guatémala. Seules 2,5 millions de personnes sur 16 millions d'habitants sont couvertes par une assurance maladie. Ce sont des fonctionnaires et des employés des moyennes et grandes entreprises.

Les raisons de cette situation calamiteuse? Les guérillas armées qui ont mis à mal l'économie, la corruption qui règne au sommet de l'état et de la fonction publique, un salaire moyen de 250€, un taux  de chômage très élevé, une population dont près de la moitié (48%) est âgée de moins de 30 ans. L'école n'étant pas obligatoire parce que payante à partir du CE2, 20% des enfants de 7 à 14 ans n'ont aucune activité et sont livrés à eux mêmes, ce qui engendre délinquance et trafics en tous genres.

Je vous le redis, en dépit de nos fréquentes plaintes et récriminations, réjouissons-nous de ne pas être né et de ne pas vivre en Amérique Centrale et de bénéficier de ce que nous offre la France!

Ajouter un commentaire