Img 1173

Affaire Lévothyrox...peut-être une piste.

Selon le ministère de la Santé, depuis le changement de la formule en 2017, un demi-million de personnes atteintes d'un déficit de la glande thyroïde se sont détournées du Lévothyrox en raison d'effets secondaires survenus: crampes, vertiges, perte des cheveux etc...J'en fais partie et ai rapporté de mon voyage en Amérique Latine un stock de Lévothyrox ancienne formule.

Une analyse, effectuée à l'initiative de l'Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT) sur les comprimés du Lévothyrox nouvelle formule des Laboratoires Merck Serono, apporte un nouvel éclairage sur cette affaire. Elle révèle 2 faits importants:1) un sous-dosage d'une molécule, la lévothyroxine, ce qui a pour conséquence un sous-dosage en hormones thyroïdiennes qui, chez les patients cancéreux, peut entraîner "le réveil de cancers endormis depuis des années", pour citer le communiquer de l'AFMT. 2) la présence dans le médicament d'une substance, la détrothyroxine, qui ne figure pas dans la liste des composants. Or, cette molécule de synthèse, non commercialisée en France, a été retirée de la vente aux Etats-Unis à cause justement de ses effets indésirables: crampes, maux de tête, vertiges, chute des cheveux.

L'AFMT a transmis les conclusions de l'analyse à la juge d'instruction du pôle de santé à Marseille mais aussi à l'Agence Nationale du Médicament car elle estime que "la sécurité sanitaire ne permet pas d'attendre l'issue de l'instruction pénale pour agir". L'AFMT demande qu'une nouvelle étude soit menée par des laboratoires indépendants sur un échantillon significatif de patients avec l'ancienne et la nouvelle formule du Lévothyrox.

A suivre...

Ajouter un commentaire